La migration, en tant que dynamique inhérente à la vie, touche de près la dimension pastorale. Par le soin de la rencontre, le temps donné à la relation et l’expérience partagée de la foi dans les lieux de la vie quotidienne, l’action pastorale cultive un regard ouvert qui aide à saisir, dans les drames du temps où nous vivons, les douleurs de la naissance d’un monde encore capable d’humanité : dans les blessures, une nouvelle vie peut être générée non seulement pour ceux qui sont accueillis mais aussi pour ceux qui reçoivent.
Les actions pastorales donnent forme et nourrissent la réflexion biblique et théologique : la catholicité de l’Eglise, qui est à l’origine un peuple de peuples en mouvement, découvre dans les migrations une précieuse opportunité de synodalité créative qui s’ouvre à la communion dans la diversité grâce à des personnes concrètes.
De ce point de vue, la pastorale n’est pas une pastorale « pour » les migrants mais « avec » les migrants : une expérience dans laquelle nous devenons, tous ensemble, l’église de Pâques et de Pentecôte, une communauté façonnée par l’Esprit : une expérience de fraternité, une caravane de solidarité, un saint pèlerinage pour tous.

Monica Martinelli

Carmen Elisa Bandeo

 

Martinelli Monica est professeur associé de sociologie à l’Université catholique du Sacré-Cœur de Milan (Italie) et membre du « Centre d’anthropologie de la religion et du changement culturel » (ARC). Parmi ses publications: ‘Con’ i migranti: la sfida dell’umanizzazione, in « Studi Emigrazione », n. 209, 2018, pp. 91-108 ; È possibile una convivialità delle differenze?, in « Servizio Migranti », 1, 2020, pp. 31-56 ; Religion in the secularized and post-secularized Europe, in Zanfrini L. (eds.), Migrants and Religion: Paths, Issues, and Lenses, Brill, Leiden-Netherlands, 2020, pp. 74-110 ; Il viaggio migrante. Dinamiche trasformative in atto, in Petrosino S. (a cura di), Jaca Book, Milano, 2021, pp. 135-157.

Carmen Elisa Bandeo, SSpS, originaire d’Argentine, sert actuellement comme coordinatrice du projet d’éducation non formelle du Jesuit Refugee Service, Magistories, en Grèce depuis novembre 2018 et au bureau des migrations internationales de l’UISG. Sœur Carmen a précédemment enseigné et travaillé dans l’animation missionnaire auprès des jeunes en Argentine ; et a dirigé un ministère sur les campus, un ministère dans les prisons auprès des adolescents et des adultes, et a conseillé des travailleurs migrants illégaux et des victimes de la traite des êtres humains à Taïwan. À Rome, elle a été secrétaire de mission et coordinatrice JPIC pour sa congrégation. Pendant cette période, elle a été membre du groupe Justice, Paix et Intégrité de la Création de l’UISG-USG ; membre du projet intercongrégationnel de l’UISG en Sicile et a travaillé comme personne de contact de sa congrégation dans le projet de semi-autonomie du Centro Astalli tout en faisant du bénévolat au Centro Arrupe avec les familles et les enfants.